Christian Gaudin

Expériences d’un parlementaire en Antarctique

Bienvenue aux bloggers passionnés par le grand froid !

Dès le 21 novembre, je vous invite à partager avec moi 5 semaines de mission scientifique en Antarctique, sixième continent, grand comme une fois et demi la Chine.

Pourquoi un parlementaire du Maine et Loire s'est-il embarqué dans cette aventure ? Par passion pour la recherche ! Avant d'être élu sénateur UDF j'ai été chercheur universitaire. Alors, naturellement les sujets dans lesquels je me suis investi au Sénat concernent l'industrie, la recherche, l'innovation.

Ce lundi 21 novembre, je m'envole en destination du pôle sud jusqu'au 25 décembre prochain…Parrainé par l'institut français polaire Paul Emile Victor (IPEV) je rejoindrai la station américaine Mc Murdo puis la station italienne Terra Nova et enfin j'irai à Concordia la nouvelle base scientifique franco-italienne située au milieu de l'Antarctique. Par la suite, je ferai un raid de 1200 km sur des engins à chenilles pour atteindre la base française de Dumont D'Urville à raison de 100 kms par jour. Le retour vers l'Australie s'effectuera par bateau brise- glace "l'Astrolabe" après 6 à 7 jours de traversée.

Pourquoi faire cette expédition maintenant ?

1. parce qu'elle est l'objet du programme de recherche EPICA, franco-italien.
2. parce que je serai appelé à rédiger à mon retour un rapport sénatorial en partenariat avec l'office parlementaire des choix scientifiques et technologiques dans la perspective de 2007, 4ème année polaire internationale,
3. parce que l'Europe doit faire avancer le projet d'une agence polaire européenne,
4. parce que c'est une expérience unique !

Station Concordia, 04 décembre 2005.
Plateforme pour instruments d'astronomie fabriquée par
les Ateliers Perrault à Saint-Laurent-de-la-Plaine dans
le Maine-et-Loire.
Quels seront les sujets d'étude de mon périple ?

La glaciologie : La France a pris pied dès 1841 en Antarctique. Elle est devenue leader du carottage glaciaire. L'objectif de notre séjour sera l'analyse rétrospective de l'évolution des climats durant les 800 000 dernières années à partir d'une carotte retirée à quelques mètres du socle glaciaire au printemps dernier.
L'astro physique : l'Antarctique est le continent où la couche d'ozone est la plus mince, ce qui permet une formidable observation des astres ! C'est d'ailleurs depuis la base américaine de Ramundsen qu'on prépare la conquête de Mars…
Le comportement de l'humain quand il évolue en milieu extrême (froid, blizzard) et confiné
L'innovation technique et technologique nécessaire à la conduite de ces activités scientifiques dans les conditions les plus extrèmes de notre planète.

30 novembre 2005

Premières activités à Concordia.

Mon activité ici se partage entre deux observations : celle concernant les thèmes de recherche développés ici et qui sont d'une grande importance autour de la glaciologie, l'astrophysique, la physique de l'atmosphère, données essentielles pour suivre et surtout comprendre l'évolution de la planète Terre et les conséquences pour ceux qui l'habitent, et, celle qui consiste à découvrir la haute technologie utilisée pour assurer la vie des personnes et la conduite des expérimentations dans des conditions aussi extrêmes. Nous sommes proches des techniques utilisées dans le spatial ; d'ailleurs les stations de traitement des eaux font l'objet de collaboration avec l'Agence Spatiale Europenne (ESA). Je reviendrai sur ces différents sujets les jours prochains.

29 novembre 2005

Un hommage aux hivernants de Concordia.

Je vais rester ici une semaine. Il n'y a aucune vie à un millier de kilomètres à la ronde. Cette durée est insignifiante par rapport à ceux qui sortent de l'hivernage et qui sont là depuis presque un an. Ce sont des personnes d'exception. Vivre à leur contact est passionnant car ils parlent de leur expérience avec simplicité. Ils ont vécu une grande aventure, pleine de rudesse, d'isolement, de privations, mais ils ont lançé la base. Ils ont réussi un vrai challenge. Ils font notre fierté : techniciens et scientifiques associés dans cette victoire.Ca me fait beaucoup de bien à moi, Sénateur, de l'exprimer auprès de toutes ces personnes. J'avais besoin, avant de parler de mon activité ici, de rendre cet hommage.Ce lieu, au climat le plus extrème du monde,vaincu par un groupe de personnes Françaises et Italiennes nous apportent, à nous, hommes politiques, une leçon d'humilité.

28 novembre 2005

Arrivée à Concordia : acclimatation difficile.

Nous sommes arrivés à Concordia, hier, dimanche, à 18 heures. Il y a désormais un décalage horaire de 5 heures avec Terra Nova, ce qui nous fait maintenant 7 heures d'avance sur l'heure française. Pour arriver sur la base, il a fallu parcourir 1200 kilomètres dans la neige. J'ai du mal à imaginer qu'un groupe de 13 personnes vient de passer 9 mois, ici, dans des conditions aussi extrêmes. L'acclimation est difficile. Nous sommes à 3300 mètres d'altitute. Il y a peu d'oxygène car la couche d'atmosphère est plus faible aux pôles. Chaque arrivant est examiné par le médecin de la base. Il faut compter deux jours pour s'habituer à cet environnement. Je quitterai ensuite Concordia pour le raid lundi prochain 05 décembre.

26 novembre 2005

Premières mesures de glace.


Je m'acclimate au froid. Il le faut car à Concordia, la température était hier de -45°C. Cet après-midi, j'ai visité une station allemande à une dizaine de kilomètres de Terra Nova. Je suis allé en 4x4 sur la banquise avec le directeur scientifique de la base italienne M. Guieseppe. Au retour, nous avons mesuré la glace qui est un indicateur pour la fonte.
Départ pour Concordia : demain à 11 heures.

25 novembre 2005

Premier pas en Antarctique à Terra Nova

Je suis sur la station italienne Terra Nova dans la baie de Ross. Je pars dimanche pour Concordia. C'est très impressionnant mais la température est supportable (- 20°C le soir). J'ai pris contact ce matin avec les manchots. Je pense pouvoir téléphoner depuis Concordia, à partir de Irridium.
A très bientot.

23 novembre 2005

Arrivée en Nouvelle-Zélande

Je suis arrivé en Nouvelle-Zélande, à Christchurch.
J’ai rejoint une équipe française de scientifiques déjà sur place, dont deux astrophysiciens du CNRS de Nice et un glaciologue du CNRS de Grenoble. Après un briefing avec les membres de l'équipe italienne, l'expédition se prépare à prendre l'avion dès demain matin pour un voyage de 7 à 8h à bord d'un C130 qui doit atterrir sur le sol de l'Antarctique en soirée. Suite à la prochaine escale depuis Concordia.

17 novembre 2005

Ouverture du blog de Christian Gaudin

Ouverture du blog de Christian Gaudin : Expérience d'un parlementaire en Antarctique